Page is loading, just a sec...

Saint Raphaël Kalinowski (1835-1907)

Saint Raphaël Kalinowski
« Ce serviteur de Dieu pourrait être le patron des hommes de toutes les catégories : pour le jeunes, il représente un exemple de vie chrétienne dans l’effort quotidien ; (…) pour les éducateurs, un exemple de sagesse et de miséricorde envers la jeunesse pauvre (…) Ce serviteur de Dieu, brûlant d’un amour ardent pour son prochain, prenait soin des jeunes filles de l’internat des Sœurs de la Mère de Miséricorde de Cracovie ; c’est de cette façon qu’il déployait son admirable miséricorde envers les pauvres et les malades dans leur corps et dans leur esprit ».
Archevêque Karol Wojtyła, Cracovie, 7 septembre 1964

 

Après avoir terminé ses études en génie militaire à l’académie de Saint-Pétersbourg, il devint officier du tsar, puis en 1863, occupa un poste de guerre important dans le régime instauré par les insurgés de janvier (contre l’occupation russe) en Lituanie.

Il commença à discerner une éventuelle vocation religieuse, mais après son arrestation par les Russes, il fut condamné à la peine de mort (commuée ensuite en peine de travaux forcés en Sibérie). En exil, on reconnaissait déjà en lui un homme de Dieu, qui soutenait spirituellement ses compagnons d’infortune : « Il témoignait constamment, silencieusement et discrètement, de la miséricorde et de l’amour pour son prochain. Il veillait auprès des malades, partageait ses maigres réserves avec ceux qui en avaient besoin », racontait l’un de ses compagnons.

Après son retour d’exil, il devint le tuteur du jeune Auguste Czartoryski (qui sera béatifié en 2004). Il entra finalement au Carmel, en 1877, à l’âge de 42 ans. Il changea son prénom (Joseph) en « Raphaël de Saint-Joseph ». Il lia principalement son sacerdoce à deux monastères : celui de Czerna (non loin de Cracovie), et celui de Wadowice, qu’il fonda et où il mourut.

Son grand amour lui donnait une grande autorité également auprès des non-croyants. Il était un merveilleux confesseur. Il passait des heures dans le confessionnal, témoignant de la miséricorde à ceux qui doutaient et faiblissaient dans la foi. S’il comprenait parfaitement les pénitents qui venaient à lui, c’est parce qu’il vivait lui-même des choses semblables. Il disait : « Les gens au cœur bon sont comme l’air pur : on les respire, même sans les voir. »

Les lieux associés à Saint Raphaël Kalinowski (1835-1907) :