Page is loading, just a sec...

Sainte Kinga (1234-1292)

Sainte Kinga
« Le monde d'aujourd'hui a besoin de la sainteté des chrétiens, qui dans des conditions ordinaires de vie familiale et professionnelle assument leurs devoirs quotidiens (…). Cela concerne les divers secteurs de la vie comme la politique, l'activité économique, sociale et législative. Que ne manquent pas dans ces domaines l'esprit de service, l'honnêteté, la vérité, l'attention au bien commun, même au prix d'une abnégation magnanime, sur l'exemple de la sainte Princesse de cette terre! »
Jean-Paul II, Stary Sącz, le 16 juin 1999

 

Patronne de la Pologne et de la Lituanie, elle pourrait être aujourd’hui invoquée comme la sainte patronne des femmes d’affaires et des entrepreneuses. Fascinée par la spiritualité de Saint François d’Assise, et vivant elle-même dans l’ascèse, elle réussit pourtant à multiplier ses richesses au service du bien de la société et des nécessiteux. Elle est l’exemple vivant de ce que peut signifier « posséder intelligemment » : ne pas faire dépendre sa vie de trésors à amasser ou à dilapider pour son plaisir égoïste.

Elle naquit dans une famille de saints, à la cour des monarques hongrois. Elle épousa le prince de Cracovie Boleslas le Pudique en 1246. Elle devint tertiaire franciscaine, menant une vie d’ascèse, de virginité et de pauvreté.

En tant que duchesse, elle prenait part à la vie politique et économique. Après la première invasion tatare en Pologne, qui dévasta le pays, elle offrit sa dot pour la reconstruction de ce qui avait été détruit. La chapelle souterraine qui lui est dédiée à Wieliczka est l’un des plus grands bijoux de la Petite-Pologne, attirant des foules de touristes venus du monde entier. La mine de sel de Bochnia est également inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

La duchesse fit construire des églises (par exemple dans la paroisse de Bochnia), soutint financièrement la construction de la cathédrale du Wawel, ainsi que des monastères des Bénédictins, Cisterciens et Franciscains. Elle fit venir sur le territoire de nombreuses congrégations religieuses et fonda des hôpitaux.

A la mort de son mari Boleslas en 1279, Kinga décida d’entrer dans la congrégation de religieuses fondée par Sainte Claire. En 1280, elle ordonna donc la construction d’un couvent de Clarisses à Stary Sącz, puis y entra elle-même. Elle créa l’un des plus grands centres de culture spirituelle de Pologne. Elle promouvait l’usage de la langue polonaise, les beaux-arts et respectait la tradition monastique des Clarisses. Elle mourut en 1292 suite à une grave maladie.

Sainte Kinga fut canonisée par Jean-Paul II en 1999 à Stary Sącz.

Les lieux associés à Sainte Kinga (1234-1292):